Le 30 mai 1431, sur la place du marché, à l'intérieur des murs gris de Rouen, en Normandie, dans l'ombre de la cathédrale et des boutiques des guildes, un dur spectacle retient l'attention de la population. Une paysanne de 19 ans va être brûlée sur le bûcher. Une pancarte l'annonce : "Jehanne, dite la Pucelle, menteuse, pernicieuse, séductrice du peuple, devineresse, superstitieuse, blasphématrice de Dieu, présomptueuse, mécréante...".la foi de Jésus-Christ, fanfaron, idolâtre, cruel, dissolu, invocateur de démons, apostat, schismatique et hérétique".

Pour beaucoup dans la foule, cependant, elle était l'innocente sauveuse de la France d'un siècle d'envahisseurs anglais. Sans le savoir, les Anglais lui accordaient un martyre qui les hanterait jusqu'à la fin de leurs jours comptés sur le sol français. Quelle que soit l'étonnante réussite de sa galante mais brève carrière guerrière, Jeanne serait bien plus dangereuse pour l'Angleterre après sa mort,transformant un conflit séculaire entre des seigneurs avares et vacillants en une guerre sainte pour la libération nationale.

En France, les mauvaises récoltes, les guerres civiles, les invasions, les épidémies épouvantables et les armées de mercenaires en maraude tournées vers le banditisme ont réduit la population de deux tiers.

La guerre commence véritablement en 1346, lorsqu'Édouard III, roi d'Angleterre, envahit la Bretagne et marche sur Paris. À Crécy, son armée de 10 000 hommes met en déroute le double de Français, les archers anglais anéantissant les escadrons de chevaliers français lourdement armés.

En 1348, la peste bubonique, ou peste noire, a dévasté l'Europe occidentale, tuant des millions de personnes dans les 24 heures suivant l'infection. En Angleterre, un tiers de la population a péri. La peste a ravagé les châteaux et les villes surpeuplées et polluées plus que les villages isolés. L'Église catholique romaine a décrété que toute personne confrontée à des personnes éternuant ou toussant, symptômes de la maladie, devait les bénir et leur donner un coup de pouce.Les meilleurs membres du clergé restèrent - et beaucoup moururent. Alors que le décret papal condamnait l'idée que la source de la maladie était les Juifs qui empoisonnaient l'eau des puits, les gens du peuple les tuèrent quand même, tout en accusant d'autres boucs émissaires - les sorcières, les hérétiques et, si l'on était français, "les goddams anglais" (un surnom faisant référence à la tendance des Anglais à utiliser des blasphèmes plus souvent qu'autrement).que les Français).

Lourdement taxée pour payer la rançon anglaise du roi et des seigneurs capturés à Poitiers en 1356, la paysannerie française, déjà opprimée, se révolte sous le nom de Jacquerie. Les rebelles incendient châteaux, églises et villes. Pendant ce temps, les soldats de fortune étrangers non payés sèment à leur tour la terreur en pillant les terres. Parce qu'ils massacrent le bétail des fermiers, les AnglaisLes soldats ont gagné un autre surnom : "bœuf-manges" ou "mangeurs de bœuf".

En 1378, la lutte fait rage au sein de l'Église avec des prétendants rivaux à la papauté à Avignon et à Rome, le premier soutenu par la France et le second par l'Angleterre. L'autorité religieuse et l'autorité politique sont en proie à la confusion.

En 1415, le jeune roi d'Angleterre Henri V avait exigé la couronne de France, puis avait proposé de se contenter d'une somme moindre, une offre à laquelle peu de gens se fiaient. Henri V envahit alors la France, en violation d'un traité signé précédemment, et s'empara du port d'Harfleur. Son armée réduite par les maladies, il battit en retraite vers Calais. Attaqué en chemin par les Français à Agincourt, les archers d'Henri annihilèrent à nouveau les chevaliers français,Les Anglais occupent tout le nord-ouest de la France, de l'Atlantique à la Loire, y compris Paris. Lorsque Henri V rend visite à l'un de ses prisonniers, le duc d'Orléans, à la Tour de Londres, il lui dit : " Vous méritez de perdre ". Le Français est d'accord, comme un grand nombre de ses compatriotes. Les défaites continuelles et la détérioration économique ont laissé la France dans un état d'urgence.L'Union européenne s'est trouvée dans un état de dénégation passive qui confinait au désespoir politique et militaire.

Le duché le plus puissant de France à l'époque est celui de Bourgogne, qui occupe la majeure partie de la région orientale. Lorsque le dauphin, fils du roi Charles VI, atteint d'une maladie mentale, rencontre Jean de Bourgogne pour planifier une alliance contre les Anglais, le dauphin accuse imprudemment le Bourguignon de trahison en raison de son inaction antérieure contre les envahisseurs. Un membre de l'entourage du dauphin poignarde alors et tueCet acte perfide ne fait que pousser les Bourguignons à s'allier à l'Angleterre. Le dauphin, homme sombre et irrésolu comme son père, hésite à aller plus loin ; sa tentative de diplomatie a échoué et sa stratégie militaire est menacée par la nouvelle alliance ennemie. De plus, il a peur des chevaux. La France est réduite à la région située au sud de la Loire, alors appelée Armagnac.

Le 31 août 1422, Henri V meurt de dysenterie - privant les Anglais de leur chef de guerre le plus charismatique - et Jean, le duc de Bedford, devient régent du roi Henri VI, âgé de 7 mois. Le 22 octobre, Charles VI meurt à son tour. Aucun de ses proches n'est présent à ses funérailles, mais le duc de Bedford y assiste. À peine le tombeau du roi refermé, Bedford proclame son enfant pupille "Henri, par le roi de France".Grâce à Dieu, Roi d'Angleterre et de France".

Bien que le dauphin ait présenté une contre-revendication au trône de France, il était paralysé par son refus d'affirmer un véritable leadership et par sa jalousie à l'égard de tout noble qui le faisait. Bientôt, toute la France au nord de la Loire fut contrôlée par les Anglais ou les Bourguignons, à l'exception de quelques résistants : le Mont Saint-Michel, Tornai, Vaucouleurs en Lorraine, et Orléans.

Ce qui reste de la France est sauvé par la Loire, que les Anglais ne peuvent franchir sans avoir d'abord réduit toutes les places fortes françaises situées sur ses rives basses et sablonneuses. À l'automne 1428, le siège de la citadelle d'Orléans, située sur la Loire, a commencé. Les Anglais fortifient l'accès sud au pont de la ville, ignorant la nécessité de compléter leurs lignes de siège sur la rive nord du fleuve, autour de la ville fortifiée.

De toutes les nations, la France a été la première à donner naissance à une image populaire indépendante du roi. Dans les années 1300, la littérature populaire et les ballades parlaient de Mre France - Mère France, aimée, miséricordieuse et indulgente. Mais c'était loin de préparer l'extraordinaire résurgence du moral qui allait être déclenchée par une adolescente.

La Lorraine, arrosée par la Meuse qui se jette dans le Rhin au nord-est de la France, reste fidèle au dauphin bien qu'elle soit séparée de sa souveraineté par quelque 200 milles de territoire bourguignon. La garnison de Vaucouleurs défend la région. Les Bourguignons, préoccupés par le sud-ouest, ont laissé la Lorraine relativement à l'abri de la guerre. Ses collines et ses forêts ardennaises n'ont qu'une valeur mineure, mais elles fournissent de l'eau potable à la population.Dans le village de Domrémy, en Lorraine, vit la famille d'Arc, propriétaire d'une ferme et d'un pâturage à moutons, mais non serf du seigneur local, Robert de Baudricourt. Leur maison possède une fenêtre vitrée. Ils ont cinq enfants, deux garçons et trois filles. L'une des filles, Jeanette - connue en anglais sous le nom de Joan -, naît le 6 janvier 1412.

C'est à l'âge de 13 ans que cette bergère illettrée et "excellente couturière" entend pour la première fois les voix qui s'adresseront à elle tout au long de sa vie. Elles sont généralement précédées, dit-elle, d'une grande lumière. Elle affirme qu'il s'agit des voix des saintes Marguerite et Catherine, reines de France, et de l'archange Michel, commandant de l'armée céleste. Elles la convainquent de jurer de rester vierge "aussi longtemps qu'il le faudra".Quand Jeanne eut environ 17 ans, les voix lui dirent de quitter Domrémy à l'insu de son père et de secourir Orléans. Elles ne promirent rien de plus.

Pourtant, à bien des égards, elle semblait être une fille plutôt ordinaire - le garçon manqué de la maison d'à côté, la jeune sœur toujours adorée qu'il faut défendre, la fille du quartier jamais inamicale mais préoccupée, dont on cherche à croiser le regard. Les Français l'appelaient la Pucelle - littéralement, la vierge. Les Anglais l'appelaient "the Maid" en de rares occasions, lorsqu'ils parlaient d'elle avec courtoisie. Le titreSon appel à "Suivez-moi", même en cas de danger, sera écouté volontiers par des hommes qui n'auraient pas suivi un vétéran aguerri en pareille circonstance.

S'approchant de son oncle, un ancien sergent nommé Durand Laxhart, comme les voix le lui indiquaient, elle lui dit qu'il devait la conduire au commandant de Vaucouleurs, de Baudricourt. Elle devait s'attendre à ce que son oncle, dont elle avait entendu les récits de guerre, l'aide. On ne sait pas exactement ce qu'elle lui a expliqué, mais elle a été conduite à de Baudricourt et lui a parlé des voix qu'elle n'avait pas osé mentionner au commandant de Vaucouleurs.Elle demande des chevaux et une escorte pour traverser le territoire bourguignon afin d'aider le dauphin, qu'elle souhaite voir couronné roi de France. Bien qu'elle dise à de Baudricourt que ses voix lui ont assuré qu'il l'aiderait, le commandant stupéfait dit d'abord à Jeanne de rentrer chez elle. C'est ce qu'elle fait, échappant de peu à un raid bourguignon infructueux sur la ville fortifiée. Lorsqu'elle retourne à de Baudricourt, elle se rend compte qu'elle a besoin d'aide.Peut-être s'est-il dit que les récompenses seraient grandes si elle réussissait, mais que sa perte ne serait pas un problème.

Vêtue d'habits masculins - car, comme elle l'expliquera, elle craint d'être violée - la Pucelle, accompagnée d'un chevalier, de son écuyer et de ses deux frères, traverse la Bourgogne. Ne voyageant à cheval que la nuit, ils arrivent en 11 jours à Chinon, résidence du dauphin, en février 1429. Le dauphin a déjà reçu une lettre dictée par Jeanne. Interrogée, elle répond : " N'avez-vous pas entendu dire que la France voudrait... ".La femme qui avait perdu la France était généralement considérée comme Isabeau de Bavière, la mère du dauphin, dont le manque de confiance décourageant dans la France et les hommes de sa famille, et la promptitude à accepter les exigences anglaises, l'avaient rendue assez impopulaire.

Le dauphin refuse de voir Jeanne immédiatement, mais la fait interroger pendant près d'un mois par des fonctionnaires et des ecclésiastiques. Impatiente et impatiente d'arriver à Orléans, elle donne des réponses laconiques, pratiques et intelligentes, bien qu'incultes. Une fois acceptée par ses interrogateurs, elle est envoyée au dauphin qui, se changeant avec un de ses fonctionnaires et se cachant dans la foule, attend de voir si la Jeanne est prête à se rendre à Orléans.Elle se dirigea directement vers lui, respectueuse mais agacée par de tels jeux.

Perceval de Boulainvilliers, un chevalier qui se trouvait en compagnie de Jeanne, la décrit ainsi : "Cette demoiselle a une certaine élégance. Elle a un port viril, parle peu, montre une admirable prudence dans toutes ses paroles. Elle a une jolie voix de femme, mange peu, boit très peu de vin. Elle aime monter à cheval et prend plaisir aux belles armes, aime beaucoup la compagnie de nobles combattants, détesteElle supporte incroyablement bien le poids et le fardeau de l'armure, à tel point qu'elle est restée complètement armée pendant six jours et six nuits".

Le témoignage de plus de 600 personnes qui l'ont connue sera enregistré au tribunal. Même au cours du procès, qui a été illégalement truqué par ses procureurs, aucun témoin ne prononcera un mot contre elle. Pourtant, nous ne disposons d'aucune description de son visage, ni de la couleur de ses cheveux.

Vêtue d'une armure blanche émaillée spécialement fabriquée pour elle et portant une bannière blanche et bleue avec deux anges et le seul mot "Jésus", elle se rendit avec une armée rassemblée de Chinon à Tours, à Blois puis à Orléans. En chemin, elle ordonna au clergé de l'église Sainte-Catherine de Ferbois de creuser sous le sol de pierre près de l'autel pour trouver une épée. Elle n'avait jamais visité l'église de Ferbois.Elle ne l'utilisera jamais au combat, mais la porte tout de même.

La Pucelle a surpris de nombreux témoins en frappant du plat de l'épée une prostituée suivant l'armée, l'une des nombreuses professionnelles chassées du camp. Même l'aumônier le plus puritain n'aurait pas osé prendre les mêmes mesures. De plus, elle interdisait de jurer. Au grand étonnement de leurs officiers, les soldats acceptaient ses règles sans trop se plaindre. Si elle était envoyée par un officier de l'armée de terre, elle n'avait pas à se plaindre.Si elle ne parvenait pas à sauver Orléans, les Anglais franchiraient la Loire et, selon toute probabilité, conquerraient la France.

La clé du siège est le pont de bois et de pierre qui enjambe la Loire entre la ville et les tours des Tourelles, sur la rive sud. Le jeudi 21 octobre 1428, pendant quatre heures, les Anglais ont attaqué un rempart de terre et de pieux qui gardait l'approche des Tourelles, perdant 240 hommes. Les femmes de la ville ont transporté des seaux d'eau bouillante, de graisse, de chaux et de cendres jusqu'aux défenseurs, qui les ont ensuite déversés sur le sol.sur les échelles anglaises. Le 23 octobre, les Français abandonnent le rempart miné par les tunnels anglais. Le lendemain, les Anglais prennent les Tourelles, non défendues et ruinées par les coups de canon. Thomas Montague, comte de Salisbury, inspecte le site et est mortellement blessé par un canon français le 24 octobre. Le comte de Suffolk lui succède au commandement, et est à son tour nommé commandant des Tourelles.remplacé en décembre par John Talbot, comte de Shrewsbury, plus agressif.

Talbot arrive avec 300 renforts et des canons plus lourds. Il base son armée à l'ouest de la ville. Les Français reçoivent également des renforts menés par John Dunois, comte de Longueville (le "bâtard d'Orléans", fils du duc emprisonné) et le mercenaire gascon Etienne de Vignoles, plus connu sous le nom de La Hire.

Le jour de Noël 1428, une trêve est observée de 9 heures à 15 heures. Les Anglais demandent aux musiciens français d'Orléans de jouer pour eux, ce qu'ils font. Le ravitaillement de la ville diminue : le 3 janvier 1429, une bande de 154 porcs et 400 moutons entre dans Orléans par la porte de l'Est, preuve du laxisme des patrouilles anglaises. Les Français partent à l'assaut du camp anglais de Saint-Laurent, le 3 janvier 1429.Le 15 janvier, les soldats de l'armée de l'air se sont installés sur une île près de la ville, mais l'ennemi, alerté, les a rejetés dans les eaux peu profondes de la rivière.

Le 12 février, un combat crucial a lieu. Les Anglais, avec 1 500 hommes, dont des alliés français de Picardie et de Normandie, et un convoi de 300 charrettes chargées de barils de harengs salés pour le Carême, sont attaqués par une sortie en force d'Orléans. Prévenus, les Anglais encerclent leurs charrettes dans un laager défensif. Les Français et leurs mercenaires écossais, surpris par cette manœuvre, se mettent à l'abri des attaques,n'arrivaient pas à se mettre d'accord sur leur prochaine action. Leurs ordres étaient de combattre à cheval et de ne pas descendre de cheval, afin d'assurer un retrait rapide vers Orléans. Sir John Stewart, le connétable d'Écosse, désobéit à cet ordre et ordonne à 400 hommes d'attaquer le cercle de chariots à pied. Les Français restèrent à distance sur leurs montures, sans coopérer, et c'est alors que les Anglais, menés par Sir John Fastolf, chargèrent hors de leur cercle de chariots, en s'emparant du cercle.En aidant les Écossais, Clermont fut désarçonné, touché au pied par une flèche et échappa de peu à la mort ou à la capture avant que deux de ses archers ne le placent sur une autre monture. Sir John Stewart fut tué.

La bataille des Harengs, comme on l'appelle, est la dernière sortie des Français jusqu'à l'arrivée de Jeanne. Cependant, alors que le siège se resserre, un répit pour les Français apparaît sur le plan politique. Le conseil municipal d'Orléans a demandé à Philippe le Bon, duc de Bourgogne, d'aider ses compatriotes français sur le plan diplomatique. En réponse, Philippe a demandé à Bedford de retirer les forces anglaises.Bedford refusa. Les troupes bourguignonnes qu'il commandait quittèrent alors le siège.

La première nouvelle officielle de l'arrivée de la Pucelle chez les Anglais est une lettre de celle-ci à leur commandant, leur demandant de quitter Orléans et la France. Elle y est titrée chef de guerre français. Il s'agit sans doute d'une écriture de commis. Jeanne est analphabète et n'est pas chef d'état-major français, bien qu'elle ait une "bataille", comme on disait à l'époque - un bataillon de plusieurs centaines d'hommes. Les Anglaisignorent la lettre, mais ils sont alertés de l'approche de la nouvelle force française.

Le seul accès libre à Orléans se fait par la porte de Bourgogne à l'est. Le camp anglais de Saint-Loup se trouve à l'ouest de la ville. Les Anglais tiennent les tours sur la rive sud de la Loire et les Français les portes d'Orléans à l'autre extrémité. Le pont de bois lui-même est un no man's land à portée de tir de part et d'autre.

Les Français hésitent à renforcer la ville. Un effort important nécessite une flotte de bateaux fluviaux et de radeaux naviguant à contre-courant de la rivière en crue printanière. Les vents sont faibles et défavorables à l'armada fluviale, mais Joan, comme toujours, reste positive et désireuse d'aller de l'avant. Brusquement, les vents deviennent plus forts et changent de direction, accélérant les bateaux vers l'amont, passant devant les archers anglais et lesLe vent contraire réduisait la portée, affaiblissait l'impact et handicapait la précision des flèches. Les canons de l'époque étaient imprécis face à une cible en mouvement.

La flotte fluviale passe devant Saint-Loup et débarque la plupart de ses passagers et de ses marchandises sur la rive sud, tandis que la Pucelle débarque sur la rive nord et entre dans Orléans sans rencontrer d'opposition par sa porte orientale.

Le 29 avril 1429, Orléans organise une fête et un défilé : à 20 heures, Dunois et de nombreux nobles qui ont rencontré l'expédition de secours hors des murs franchissent la porte de Bourgogne au milieu des torches, des bannières et d'une cavalcade d'hommes en armure entourant la Pucelle dans son armure blanche.

Joan découvre rapidement que les Orléanistes, tout en étant heureux de la voir, hésitent à lancer une attaque majeure contre leurs assiégeants. Le lendemain de son arrivée, elle et le commandant anglais se crient dessus depuis les extrémités opposées du pont. Talbot la déclare putain et les capitaines français proxénètes, l'avertissant que s'il capturait la "cowgirl", elle serait brûlée sur le bûcher.

Le dimanche 1er mai, une trêve est observée. Dunois, le bâtard d'Orléans, sort et ramène des renforts de Blois. Les Anglais ne s'opposent pas, sachant qu'ils seront bientôt renforcés par des flibustiers menés par Sir John Fastolf. Si les Français sont alarmés par cette information, la Pucelle est ravie, disant en plaisantant que s'ils ne la préviennent pas de l'arrivée de Fastolf, elle le fera...couper la tête du bâtard d'Orléans.

Jeanne faisait la sieste lorsqu'elle se leva soudainement et annonça que son "conseil" lui disait d'attaquer immédiatement. Mais elle ne savait pas si l'assaut devait être donné contre les défenses anglaises ou contre la colonne de Fastolf qui approchait. Elle sortit au galop de la porte orientale et rejoignit un assaut français qui était déjà en cours à l'ouest contre Saint-Loup.

Les Français subissent de nombreuses pertes, et Jeanne est attristée par la vue des blessés qui rentrent en titubant dans la ville. Elle poursuit sa course tandis que les Français se réjouissent et se rallient, prenant d'assaut Saint-Loup. Les bastions anglais voisins, alarmés par l'ampleur et la fureur de l'attaque française, ne font aucun geste pour intervenir. Tous les défenseurs anglais de Saint-Loup sont tués, tandis que les Français ne perdent que deux hommes.

La suite est révélatrice : la Pucelle fond en larmes à la vue des morts anglais. Lorsqu'un prisonnier anglais est frappé d'un coup d'épée par l'un de ses gardes, elle tient la tête du captif qui meurt. Elle déclare que tous les Français doivent remercier Dieu pour la victoire et confesser leurs péchés, sinon elle les quittera. Toutes les prostituées doivent quitter l'armée. Le lendemain, jour de l'Ascension, elleDans les cinq jours, elle annonce que les Anglais se retireront, puis elle envoie à ses ennemis son troisième et dernier décret.

La note est enveloppée d'une flèche tirée sur le pont des Tourelles. Elle contient une demande d'échange de son héraut, saisi par les Anglais, contre un prisonnier français. La réponse anglaise est une bordée d'insultes contre la "putain d'Armagnac". Jeanne pleure, comme elle le fait souvent lorsqu'elle est impliquée dans des affrontements furieux.

Jeanne demande l'ouverture de la porte des Augustins - le monastère fortifié de la rive sud tenu par les Anglais - pour une sortie, mais le capitaine en charge refuse, craignant une attaque anglaise par la porte ouverte. La Pucelle demande que les portes soient déverrouillées, et de nombreux soldats et civils sont d'accord avec elle. Le capitaine finit par céder. Comme les Anglais ont construit une barrière enjambant le fleuve, la Pucelle demande l'ouverture de la porte, mais elle ne veut pas la fermer.Jean le Blanc, dont les défenseurs anglais s'enfuirent vers Les Augustins, plus grand et plus fort, près des Tourelles. De là, en utilisant deux bateaux comme pont flottant, les Français débarquèrent sur la rive sud et attaquèrent et prirent le fort de St. Jean le Blanc, dont les défenseurs anglais s'enfuirent vers Les Augustins, plus grand et plus fort, près des Tourelles. Là, la résistance fut si forte qu'ils ne purent s'en emparer.Jean le Blanc fut ensuite abandonné par les deux camps.

Arrivée en bateau avec La Hire et d'autres chevaliers à cheval, Jeanne vit rapidement que les Anglais aux Augustins étaient sur le point de sortir contre les Français qui se retiraient. Abaissant sa lance, elle mena une charge qui rallia les Français, qui pressaient maintenant fortement les Anglais qui tentaient de rentrer aux Augustins par une porte ouverte. Se frayant un chemin à l'intérieur de la forteresse, les Français poussèrent jusqu'à ce que leurs bannièresToute la nuit, les civils d'Orléans apportent des vivres et du ravitaillement de l'autre côté du fleuve.

Les capitaines français dirent à la Pucelle de ne pas attaquer immédiatement, mais d'informer le dauphin de leurs progrès et d'attendre sa décision. Elle dédaigna leur conseil, sachant que ses soldats étaient enthousiastes et le dauphin habituellement indécis. Elle ordonna une sortie précoce, déclarant que son "conseil" l'avait avertie qu'elle serait blessée ce jour-là au-dessus de la poitrine.

Du matin au soir du 6 mai, les Français prennent d'assaut Les Tourelles, tenues par le commandant anglais Talbot. Peu après avoir rejoint l'attaque, Jeanne est touchée à l'épaule par une flèche, comme elle l'avait prédit, et pleure lorsqu'elle est transportée hors du champ de bataille, tandis que les archers anglais crient avec jubilation : "La sorcière est morte !Elle s'est confessée à son prêtre sous le coup de l'émotion.

Comme il est tard et que les troupes sont épuisées, Dunois s'apprête à annuler l'attaque lorsque Jeanne revient d'Orléans à cheval. Elle s'est retirée une dizaine de minutes pour prier, puis revient, portant sa bannière. Les Anglais, qui viennent de sortir des murs des Tourelles, rentrent précipitamment à l'intérieur, ébranlés par cette résurgence française inattendue.

Bien qu'il s'attende à une retraite française dans la confusion et l'absence de communications rapides de la bataille, un chevalier français, Jean d'Aulon, décide courageusement d'avancer contre la prochaine sortie anglaise le 7 mai. Le porte-étendard de Jeanne, épuisé, avait remis sa bannière à un soldat connu sous le nom de Le Basque. D'Aulon demande au Basque de le rejoindre. Ensemble, ils entrent dans le fossé et luttent pour en ressortirJeanne exigea que le Basque lui rende la bannière - elle saisit l'extrémité de l'étoffe, mais le Basque, sur l'insistance de d'Aulon, refusa de s'en séparer. Au contraire, il la souleva. Les hommes d'armes français, voyant la bannière avancer jusqu'au bord du pont, se précipitèrent vers elle et prirent le pont d'assaut, Jeanne grimpant sur la première échelle soulevée. Quatre cents àCinq cents Anglais tentent de fuir les Tourelles, mais le pont, entre-temps incendié, s'effondre. La plupart des Anglais sont tués ou noyés. Les Français, qui espéraient emmener leurs ennemis en captivité pour obtenir une rançon, sont choqués et consternés. La Pucelle pleure et crie devant la mort des Anglais.

Le lendemain, Talbot lève le siège et les Français rentrent dans Orléans par la porte du pont. Ce jour-là, tous les Anglais du sud de la Loire sont capturés ou tués. Le lendemain, un dimanche, alors que la ville célèbre un Te Deum d'action de grâce, les forces anglaises du nord du fleuve démolissent leurs camps et se retirent. Les hommes de Jeanne sont prêts à attaquer la colonne en retraite, mais elle le leur interdit en disantLa colonne est harcelée le lendemain et des canons et d'autres armes sont saisis.

Le dauphin envoie des nouvelles de la victoire à toutes les villes françaises qui lui sont favorables, sans mentionner la Pucelle. Bedford écrit au roi, expliquant que les Anglais ont perdu "par la main de Dieu, comme il semble", à cause de la Pucelle, "un démon avec des enchantements et de la sorcellerie". Il est clair que les dirigeants des deux camps ont utilisé Jeanne à leurs propres fins.

La victoire de la Pucelle à Orléans a un effet boule de neige : des volontaires se rassemblent autour des bannières à fleurs de lys. Les Français s'emparent de Jargeau le 20 juin 1429, tuant 1 200 Anglais dont l'offre de parlementer n'a pas été entendue dans la mêlée. La ville de Meung se rend. À Beaugency, les Anglais se retirent en vertu d'un accord de bonne conduite.

Le connétable Arthur de Richemont, un Breton en froid avec le roi Charles, amène sa bataille de 1 000 hommes pour rejoindre l'armée de Jeanne. Les autres Français lui ont refusé l'alliance et l'ont même menacé, le considérant comme égoïste. "Jeanne, on m'a dit que vous vouliez vous battre contre moi", lui dit Richemont. "Je ne sais pas si vous êtes de Dieu ou non. Si vous êtes de Dieu, je n'ai rien à craindre de vous, car Dieu connaît mes sentiments".Elle répondit : "Ah, beau gendarme, vous n'êtes pas venu pour moi, mais parce que vous êtes venu, vous serez le bienvenu".

Les Anglais, sous les ordres de Talbot, s'approchent de Meung, rejoints par les 1 000 mercenaires de Fastolf. Le 18 juin, les armées opposées se forment dans une parade d'armes. La noblesse française demande à Jeanne ce qu'elle doit faire : "Ayez tous de bons éperons", répond-elle. Incertains, ses auditeurs lui demandent si elle veut dire qu'ils doivent fuir. "C'est plutôt le contraire", répond-elle, prédisant une déroute anglaise. Chargeant avec une force de 6 000 hommes,dont 1 000 chevaliers, les Français ont infligé 4 000 pertes à leurs adversaires.

À Patay, les Français poursuivent un convoi anglais. À un passage étroit traversant des haies et des bois, les Anglais préparent une embuscade de 500 archers et attendent leur propre arrière-garde. Les éclaireurs français chassent involontairement un cerf de la forêt, qui fonce à travers les lignes anglaises, provoquant des cris que les éclaireurs entendent et qui les avertissent de l'embuscade anglaise. Alors que l'arrière-garde anglaise recule au pas de course,la principale force anglaise, Fastolf chevauchant en tête pour appeler l'avant-garde à l'aide, présuma à tort qu'il y avait eu une déroute et paniqua lorsque les Français chargèrent pêle-mêle. Lorsque Joan arriva, les Anglais avaient perdu quelque 2 000 hommes, les Français seulement trois. Talbot fut désarçonné et capturé, mais Fastolf s'était échappé.

Jeanne retourne à Orléans pour demander que le dauphin Charles soit couronné à Reims, lieu traditionnel de ces cérémonies. La ville est aux mains des Bourguignons. Avec une cavalcade de nobles et d'infanterie, le dauphin se rend à Reims. En route, il s'approche de Troyes, tenue par une garnison bourguignonne de 600 hommes. Des lettres envoyées à la ville promettent que tout sera pardonné si le dauphin est bien accueilli. La ville envoieElle demande à un frère d'asperger la Pucelle avec de l'eau bénite : "Approchez hardiment, je ne m'envolerai pas", lui dit-elle. Alors que son armée est au bord de la famine à force de faire campagne dans la campagne ravagée, elle entame un siège, assurant à ses hommes qu'ils prendront la ville dans les trois jours "par amour, par force ou par courage". Voyant les Français prêts à donner l'assaut à l'aube, la ville cède.

A Reims, Jeanne n'avait ni artillerie ni matériel de siège, mais elle conseilla d'avancer hardiment et de ne rien craindre. La ville céda sans combattre et, le 16 juillet 1429, le dauphin fut officiellement couronné Charles VII, roi de France. Jeanne s'agenouilla devant le roi et déclara qu'elle avait accompli ce que Dieu lui avait ordonné. La seule faveur qu'elle demanda fut que son village de Domrémy soit exempté d'impôts. Visité parElle souhaite rentrer chez elle "et servir mon père et ma mère en gardant les moutons avec ma sœur et mes frères qui se réjouiront tant de me revoir".

Cela n'a jamais été le cas.

Le roi accorde aux Bourguignons une trêve de deux semaines avant de poursuivre les négociations, les Bourguignons acceptant de céder à Paris. Leur accord n'est cependant pas sincère, car ils cherchent à gagner du temps pour renforcer Paris avec une force nouvellement débarquée d'Angleterre. Jeanne est exclue des négociations. Le monarque français ne pense qu'en termes diplomatiques et ignore la situation militaire.

Jeanne n'entend plus ses voix, mais elle décide tout de même d'attaquer Paris. Avec une force de 12 000 hommes, elle mène l'assaut sur la porte Saint-Honoré le 8 septembre, mais elle est touchée à la jambe par un carreau d'arbalète. Son porte-étendard, touché au pied, ouvre la visière de son casque pour retirer la flèche et reçoit une balle entre les deux yeux. La Pucelle blessée est emportée par ses compagnons d'armes, qui insistent toujours sur le fait qu'il est nécessaire d'avoir des armes.l'attaque se poursuive.

Le roi a sapé les efforts de Jeanne. Il s'est retiré de Paris à Glen et, le 21 septembre, il a dissous son armée. Jeanne a repris la campagne au début de 1430, bien que ses forces soient réduites à un peu plus que sa propre bataille. Elle était consciente qu'elle perdait son emprise sur les événements. À Chinon, elle a fait remarquer que ses voix l'avaient avertie : " Je tiendrai un an, à peine plus ". Le siège de la Charité-sur-Loire s'est terminé par un échec de la campagne.impasse - l'audace de Jeanne n'est plus une compensation suffisante pour ses forces insuffisantes.

Plus tard, au cours de son procès, Jeanne a affirmé que, lors d'un assaut réussi à Melun, ses saints l'avaient avertie qu'elle serait capturée avant la Saint-Jean, le solstice d'été.

Philippe le Bon de Bourgogne, qui avait pris en charge une grande partie des combats pour les Anglais, envoya son vassal Jean de Luxembourg s'emparer de la ville de Compiègne. Le 13 mai 1430, Jeanne prit les devants et entra par surprise dans Compiègne. Au petit matin du 23 mai, elle salua les Bourguignons à l'extérieur de la ville. Ignorant qu'une unité anglaise s'était déplacée entre la ville et elle, elle s'empara de la ville et de la ville.Les Français qui se trouvaient dans la ville en fermèrent les portes, empêchant amis et ennemis d'entrer. Jeanne, qui se battait sauvagement, fut tirée de sa selle par un soldat bourguignon. Son frère, Pierre, fut également capturé, et quelque 400 de ses hommes furent tués. Les Bourguignons vendirent la Pucelle aux Anglais pour 10 000 pièces d'or.

Jugée comme hérétique et sorcière dans le cadre d'une procédure violant de manière flagrante les règles de droit de l'époque, elle s'est vu offrir des vêtements de femme en prison, puis a été violée. Par la suite, seuls des vêtements masculins lui ont été autorisés. Ses vêtements masculins ont ensuite été considérés comme la "preuve" qu'elle avait refusé l'ordre de l'Église de s'habiller en femme et, malgré la faiblesse de toutes les autres preuves à son encontre, elle a été brûlée sur le bûcher.Le 30 mai 1431, elle est mise au pieu par les Anglais à Rouen. Sur les 42 avocats présents à son procès, 39 ont demandé la clémence et un appel à un tribunal ecclésiastique supérieur qui ne soit pas sous la coupe des Anglais. Sur les dizaines de témoins qui ont affirmé la connaître personnellement, aucun ne l'a calomniée - et ces témoins ont été choisis par l'accusation, la Pucelle n'ayant pas droit à un conseil de défense.

La Pucelle était-elle une handicapée neurologique, un complot royal, une fantaisiste, une folle, une sainte ou une escroc ? Son procès a révélé qu'elle était d'une intelligence peu commune, franche, courageuse, sans amertume, mais consciente d'avoir été abandonnée par le roi qu'elle avait sauvé. Elle avait pourtant sauvé sa nation, avec un charisme inné équivalent à celui du roi d'Angleterre Henri V. Et en 1920, Jeanne d'Arc est devenue la première femme à être sauvée par le roi d'Angleterre.Arc a été reconnu comme saint par l'Église catholique romaine.

Chaque année, le 8 mai à Orléans, un spectacle reconstitue l'entrée de Jeanne dans la ville, aujourd'hui un mélange prospère et attrayant d'architecture ancienne et nouvelle. Sur la place, sa mémoire est commémorée par la statue connue des troupes américaines stationnées là après la Seconde Guerre mondiale sous le nom de "Joanie on the Pony" (Joanie sur le poney).

[hr]

Pour d'autres articles intéressants, n'oubliez pas de vous abonner à Histoire militaire aujourd'hui !

Article connexe